Le secret (inavouable) des entrepreneurs français.

Je me suis récemment mise à marcher partout où je dois me rendre. Je suis peut-être folle, mais prendre le métro pendant une pandémie est à peu près aussi attrayant que d’aller camper dans une colonie de lépreux. Donc maintenant je marche ! Parfois près de 25 ou 30 kilomètres par jour. Ma dernière marche à travers Paris, pour coacher un client dans le 2ème arrondissement, a été l’expérience la plus choquante que j’ai faite depuis longtemps. Et ce n’est pas pour la raison à laquelle vous pensez…

Le temps était agréable. Paris était majestueuse à son habitude. M’offrant sans fin ses monuments, ponts, parcs et bâtiments.. Mais ce qui me faisait ressentir un profond sentiment d’appréhension, c’est ce qu’il y avait sur les fenêtres de tous ces bâtiments . Sur 2km, voici ce que j’ai vu :

Ce n’est qu’un côté de la rue… Fenêtre après fenêtre, on pouvait voir des pancartes, affiches faisant la publicité des locaux à louer ou alors des réductions plus importantes les unes que les autres sur les produits ou services proposés. En passant chacune d’entre elles, la seule chose à laquelle je pense c’est : « Nous sommes foutus ».

Le sommes-nous vraiment ? Où sont tous les propriétaires de ces entreprises ?

J’ai récemment eu une conversation avec une amie dont la startup est un exemple de réussite tant sur la manière de lancer son business, mais aussi sur son évolution. Voici ce que ça a donné :

Moi : “ Comment vont les affaires ? ”

Elle : “ Génial ! On essaie à tout faire en digital. Enfin, ce que je veux dire c’est que nous serons heureux quand on pourra tous se réunir à nouveau, mais pour le moment, les chiffres sont bons et le moral aussi, donc on ne se plaint pas. ”

Moi : “ Oh, c’est très bien, super ! À bientôt alors ! Et bravo, vous avez su résister à la tempête. ”

Une fois cette conversation terminée, je me suis senti tellement mal. Mon entreprise n’allait pas bien. Le moral est tendu. Notre chiffre d’affaires a beaucoup souffert et est en baisse de 50%. Quelle mauvaise entrepreneure j’étais comparé à elle. Elle avait l’air d’avoir tout compris. J’aurais dû lui demander quel était son secret parce que mon business n’allait pas aussi bien que le sien. Mais ensuite j’ai vu une annonce. Une annonce sur LinkedIn qui proposait “ des bureaux incroyables dans le centre de Paris ! Très design ! Décoration chic ! ” Mais pourquoi ces images m’étaient si familières ? Et ensuite j’ai compris. C’étaient les bureaux de mon amie. J’étais confuse. Si tout allait aussi bien, pourquoi m’aurait-elle menti ? Étant la personne curieuse et sans gêne que je suis, je l’ai appelée.

Moi : “ Est-ce que tout va réellement bien pour vous ? Pourquoi rendez-vous vos bureaux ? ”

Elle : -silence-

Moi : “ Tu sais, nous avons perdu 50% de notre chiffre d’affaires et nous allons probablement rendre nos bureaux pour travailler depuis chez nous pour pouvoir traverser cette crise. Il n’ y a aucune logique à garder des bureaux dans lesquels il n’est pas sûr de se rendre. Nous travaillons tous très bien depuis chez nous, alors nous allons rendre nos locaux. ”

Elle : “ Nous aussi. Nous devons économiser cet argent, mais ne le dis à personne. ”

Moi : “ Pourquoi pas ? ”

Elle : “ Ça ne donne pas une bonne image. ”

Et elle a raison. Mais pour l’amour de Dieu, nous traversons la pire crise économique depuis la Grande Dépression il y a près de 100 ans ! Nous avons le droit de ne pas aller bien. Nous avons le droit de rendre nos bureaux, car nous travaillons très bien chez nous et qu’il s’agit une source de dépense inutile !

Après une rapide recherche, de très nombreux propriétaires d’entreprise vivent cette situation. Et beaucoup ont honte. Et ça ne touche pas uniquement les petites entreprises. À New York, on peut voir des géants comme Diane Von Furstenberg, Lord & Taylor et Nordstroms fermer leurs boutiques historiques. Selon certaines rumeurs, ces locaux seraient transformés en entrepôts pour accueillir les stocks pour le e-commerce et le traitement des commandes en ligne. 

J’ai envie de dire haut et fort à Nordstroms, à mon amie et à moi-même que : fermer vos bureaux pour vous adapter au climat économique actuel N’EST PAS UN ÉCHEC, c’est une adaptation.

En ce qui me concerne, je sais que lorsque j’ai dû choisir entre rendre mes bureaux ou licencier un de mes employés pour réduire nos dépenses, le choix a été très clair. Cerise sur le gâteau, 95% de mes employés disent aimer cette décision.

« Comment socialiser avec ses collègues ? »

Arrêtez-vous d’aimer vos amis s’ils déménagent dans une autre ville ? Non. Vous les appelez, envoyez des textos, créez un groupe WhatsApp et vous nourrissez votre relation. La même chose est vraie pour nous chez Present Perfect. Une fois par semaine, nous nous réunissons chez un membre de l’équipe. Nous apportons tous quelque chose pour faire un repas et travaillions dans le salon de notre collègue. Et après ? Le reste du temps, nous nous retrouvons sur Slack et Zoom pour collaborer sur nos différents projets et formations.

Notre productivité n’a jamais été aussi bonne. Nos employés n’ont jamais autant eu la possibilité de voir leurs enfants, leurs maris ou leurs femmes. Cela me fait un peu regretter de ne pas avoir rendu nos bureaux plus tôt.

Donc ce que j’essaie de dire est ceci:

  1. Nous allons observer un changement massif dans la relation que les gens ont avec leurs bureaux et espaces de vente, et c’est normal.
  2. Ne pas avoir une machine à café pour bavarder ne veut pas dire que vous ne pouvez pas avoir une équipe forte. Faites preuve de créativité. Si vous avez de la place pour votre travail à la maison, vous devriez aussi en faire pour vos relations de travail.
  3. Ne jugez pas les choix (difficiles) des autres pendant une période aussi folle que celle dans laquelle nous sommes tous. Souvent, un pas en arrière peut aussi dire deux pas en avant.

Oh, et une dernière chose. Vous ne connaitriez pas quelqu’un qui recherche des bureaux à Paris, n’est-ce pas ? Parce que nous avons environ 100m2 à louer. 😉

– Annabelle Roberts, Boss lady et cofondatrice de l’agence – Septembre 2020

Les secrets d'entrepreneurs